Fabrication d'un lombricomposteur vertical

Nous lombricompostons depuis 2007. Nous avons débuté cette activité alors que nous habitions en plein centre ville d'une grande agglomération. Il nous a fallu un an pour avoir un système stable et mettre au point un lombricomposteur simple de fabrication, pratique et modulable.

Pendant 4 ans, nous avons réalisé de nombreux ateliers de démonstrations en deux sessions "découvrir le lombricompostage" et "la fabrication d'un lombricomposteur vertical". Nous souhaitons partager ici l'ensemble des informations de ce second atelier ainsi que toutes les informations que les contributeurs nous ont fait remonter.

Vous trouverez ici les informations pour sa fabrication. Il existe bien d'autres modèles en autoconstruction et d'autres du commerce. Tout au long de tutorial, nous souhaitons que vous gardiez votre propre esprit critique et que vous fassiez aussi selon vos inspirations, vos moyens, vos connaissances... Vous trouverez des explications sur ce point dans cette page.

Si vous souhaitez voir un système de grosse capacité (900 Litres) cliquez ici.

Pourquoi lombricomposter?

Si notre motivation initiale est la réduction des déchets, il se trouve que le lombricompostage est un outil/solution qui répond à bien problèmes. Le but de cet article n''est pas de répondre au "pourquoi" mais au "comment", nous résumerons sa fonction :
  • A la réduction des déchets
  • Au traitement de déchets (exemple toilettes sèches)
  • A la fabrication de compost et de thé (qui ont des vertus d’amendement mais aussi désherbant)
  • A l’élevage de lombrics source de protéine pour d'autres espèces (poissons, gallinacés...)
Ces possibles deviennent en fonction des besoins des objectifs. Nous tiendrons compte de ces critères lors de la conception pour:
  • La mise en œuvre
  • La quantité de déchets pouvant être traités
  • ...

Cahier des charge pour la conception

Mécanique
Le lombricomposteur est un appareil qui subit de nombreuses manipulations. En fonction des habitudes alimentaires et du type de déchet qu'il traite, un lombricomposteur peut être ouvert tous les jours à une fois par semaine. Si certains déchets peuvent avoir un masse volumique faible, en revanche le terreau pèse facilement 2 kg/l.

Température
Il subit de nombreuses variations de température, tout en pouvant subir un très gros écart entre sa température extérieure et intérieure.

Physio-chimiques
Les produits stockés à l'intérieur sont très humides et ont des variations physio-chimiques du stade solide/basique à liquide/acide. Le processus de réduction et de transformation physio-chimique a un cycle variable mais qui se compte en plusieurs mois minimum.

Quantitatif et modularité
La quantité de déchets en apport et leurs compositions ne sont pas stables mais dépendent des approvisionnements et des saisons.

De ces observations nous avons retenu les grands points suivants:
  • Avoir uns structure standard que l'on peut retrouver ou re-construire facilement dans le cas où un élément serait irrémédiablement endommagé
  • Que l'appareil soit modulable en capacité de traitement en fonction des approvisionnements et des besoins
  • Que chaque élément puisse être mis en œuvre même par des personnes ayant une force physique modeste.
  • L'ensemble peut être déplacé d'un lieu à un autre
  • Avoir une structure capable de résister au différentes agressions
  • Ne pas polluer la production qui peut être utilisée pour des amendements alimentaires.
Il existe deux grandes écoles pour les lombricomposteurs:
- Les lombricomposteur verticaux 
Les structures sont placées les une au dessus des autres. On ajoute par couche successive les déchets et quand le contenant est plein on place un étage vide pour augmenter la capacité. A la fin du cycle le l'étage qui contient du terreau mature est vidé et peut être de nouveau ré-utilisé.
- Les lombricomposteur horizontaux
Les déchets sont ajoutés les uns à coté des autres et forment un "circuit" sous la forme d'un cercle.

Nous avons opté pour un modèle vertical car concernant le cahier des charges, ce modèle permet beaucoup plus de répondre aux quatre premiers points énoncés.

Le choix des matériaux

Nous aurions souhaité mettre en œuvre des matériaux naturels et si possible de recyclage. Nos choix sont guidés par l'utilisation la plus large possible du lombricomposteur quelque soit l'environnement, campagne ou pleine agglomération. Nous avons fait de nombreux essais d'utilisation que voici:

Caisse type frigolite (caisse pour les poissonniers)
Matériaux de récupération elles sont très facile à bricoler et ne demande pas d'outillage spécifique. Avec une simple pointe et un couteau on peut réaliser les aménagements nécessaires. Cependant elles ont le gros défaut de ce désagréger avec le temps, d'être beaucoup plus sensibles aux variations de températures et d'être constituée de polystyrène extrudé qualité alimentaire. Cette matière "relargue" des produits toxiques dans le temps et contamine les contenus.
Autre problème, elles ne sont pas toutes standards et les emboitages ne sont pas parfait.
En revanche elle sont très légères.
Nous avons abandonné très vite cette solution qui n'est pas pérenne mais qui reste LA solution pour qui veut démarrer un lombricomposteur pour un investissement quasi nul et une mise œuvre ultra facile.

Caisse en bois à partir de matériaux de récupération (exemple palettes)
Matériaux de récupération ces caisses demandent beaucoup de travail pour leur réalisation. Entre l’approvisionnement, le démontage et l'assemblage il faut de nombreuses heures.
De plus il faut du matériel déjà plus conséquent même si avec un marteau, un pied de biche, une bonne paire de tenailles et une scie, vous pouvez démarrer. C'est un travail fastidieux. Autre point très important, la plus part des palettes ou consorts sont traitées pour résister aux intempéries avec des produits qui ne sont PAS DU TOUT QUALITé ALIMENTAIRE ET SONT DANGEREUX POUR LA SANTé. Il faut donc un approvisionnement drastique qui est extrêmement difficile.
Ensuite il faut traiter le bois avec des produits alimentaire sous peine de voir les caisses pourrir très rapidement. Le problème de l’étanchéité est certain. Il peut être résolu avec la technique du bois cordé utilisé sur les anciens bateaux, mais c'est un travail fastidieux et long. De plus pour être efficace, ce travail doit être fait entre des planches épaisses. Ors les planches épaisses sont lourdes.

Caisse en bois à partir de matériaux "neufs" type OSB
C'est le choix que fond les bricoleurs avertis et des professionnels sur des grosses installations (certaines sont en capacité de de traiter plusieurs centaines de kg de déchets par jour!). Ils utilisent du bois OSB type triply qualité marine pour résister au taux d’humidité et aux écoulements liquides. Ces bois reconstitués sont composés de colles et d'additifs qui NE SONT PAS DE QUALITé ALIMENTAIRE ET SONT DANGEREUX POUR LA SANTé.

Caisse en bois à partir de matériaux "neufs" type bois plein
C'est notre prochaine étape de construction mais qui est compliquée en approvisionnement. Nous pensons utiliser du châtaigner qui est pratiquement imputrescible au naturel. Le problème de l’étanchéité subsiste. Comme expliqué  au dessu le problème peut être résolu en bois cordé mais l'ensemble risque d’être très lourd. Essai à venir?

Caisse plastique type rangement
Elles sont peux couteuses, faciles d'approvisionnement. En revanche elles NE SONT PAS DE QUALITé ALIMENTAIRE ET SONT DANGEREUX POUR LA SANTé. De plus, elles sont faites dans un matériaux qui ne tient pas dans le temps et ne sont pas faites pour accepter des charges de l'ordre de 2kg/l. Au bout de 2 ans les caisses fissurent et se cassent.
Ses caisses possèdent des ouvertures (par exemple aux poignées)et elles ne sont donc pas étanches.

Bidon plastique type tonneau ou IBC alimentaire de l'industrie 
Ce sont des contenants faits pour l'industrie agro alimentaire et que l'on trouve en vente d'occasions ou neufs sur les sites de petites annonces. Il en existe de plusieurs tailles et conceptions différentes. Les IBC sont fabriqués pour être empilables les uns sur les autres, avec des renforts pour qu'ils s'écrasent pas et système de centrage pour qu'ils restent alignés.
Ils sont en plastique mais de qualité alimentaire. La qualité du plastique permet des modifications avec des outils simples et ne demande pas un équipement professionnel. Cependant les capacité sont trop importantes. Les plus petits bidons font dans les 100l et les IBC 1000 litres. Donc autant dire qu'ils sont impossibles à manœuvrer.
Nous avons fait des essais avec des bidons de 250l et de 100l mais nous avons abandonné, car les opérations de maintenance sont beaucoup trop compliquées.

Caisse plastique type bac gerbable norme européenne
Ce sont des caisses qui sont faites pour l'industrie agro alimentaire et que  l'on trouve en grande surface bricolage. Il en existe de plusieurs tailles et conceptions différentes. Ils sont fabriqués pour être empilables les uns sur les autres, avec des renforts pur qu'ils s'écrasent pas et système de bossage pour qu'ils restent alignés.
Ils sont en plastique mais de qualité alimentaire. La qualité du plastique permet des modifications avec des outils simples et ne demande pas un équipement professionnel.
Il existe des accessoires comme les couvercles qui sont très utiles pour fermer le lombricomposteur.
C'est sur ce choix que nous nous sommes portés avec plus de 100 bacs modifiés. 

Quelle caisse gerbable?


600*400*100
600*400*210
400*300*210

Le modèle retenu est le 400*300*210 version totalement plein. Ce modèle fait 18 litres net.

Nous avons retenu cette taille car:
  • Une fois plein avec une masse volumique de 2kg/l, le bac fait près de 40kg ce qui est la limite pour le manœuvrer. En règle général les bacs pèsent autour de 25kg car ils ne sont pas totalement pleins et le terreau est aéré.
  • Les lombrics ont besoin de chaleur pour survivre. En dessous de 10°c leur activité est passablement réduite et en dessous de 0°c ils meurent. Nous avons obtenus des meilleurs maintiens en température en favorisant les bacs de grande capacité ET qui ont une forme la plus cubique possible. Les essais faits avec les bacs de 600*400*100 (qui ont pratiquement la même capacité) n'ont pas donné de meilleurs résultats en mesurant la température au coeur.
  • Une fois percé (voir chapitre de construction) le fond se déforme sous la pression des déchets. Ce phénomène augmente très sensiblement lorsque la distance avec le point central et les parois est grande.  Les essais faits avec les bacs de 600*400*100 donnent un flambage du fond trop important même avec une surface de contact plus grande.
NB
Il existe des modèles plus petits (autour de 10l)  mais plus difficiles d’approvisionnement. Ces modèles là peuvent être tout à faits indiqués pour les personnes souhaitant avoir des bacs moins lourds et plus facile à transporter.

Combien d'étages pour le lombricomposteur?

Il faut construire au minimum un modèle de bac type "compost" et le modèle "récipient à jus" en option.

Vous devez calculer le nombre d'étage qu'il vous faut.
Pour donner un ordre d'idée: traiter les déchets de cuisine d'une famille de 3 personnes pour une moyenne 18 repas par semaine, repas végétariens et faits maison à partir de matières premières brutes, l'ensemble des déchets bruts représente plus de 18l. Déchets auxquels nous ajoutons du carton. Dans cette configuration, nous remplissons 1,5 caisse par semaine. Nous avons opté pour un système de roulement qui demande plus de travail pour diminuer le nombre de caisses. Nous avons deux systèmes des bacs de 18l montés sur 5 étages plus un énorme lombricomposteur mono bac de 700l et les BSF (Black Soldiers Fly) qui sont dans d'autres systèmes et traitent d'autres déchets.

Construire une fusée de 4 étages est un standard. Donc trois étages types "compost"  et un pour récupérer le jus.

Construction des étages compost.

La caisse brute
Trait sur la moitié de la largeur
Seul moment où l'on a besoin d'une équerre et de mesurer la moitié de la longueur
Coupée en 4
Traçage diagonale d'un coin à l'autre en passant par le centre
Double diagonale
Diagonales depuis les sommets
Après deux itérations de : 
  • tracer les verticales aux intersections des diagonales
  • tracer les horizontales aux intersections des diagonales
  • tracer les diagonales aux intersections des verticales et horizontales
Une autre itération
Encore une itération et nous avons fini le traçage.
Animation du traçage
Premiers perçages effectués avec un foret de 3,5mm de diamètre uniquement aux croisement des diagonales et pas des autres intersections.
Tous les trous sont percés en moins de 10 minutes.
Deux caisses sont assemblées fond contre fond. L'un d'elle est celle qui vient d'être tracée et percée. L'autre est neuve.
Elles sont temporairement assemblée avec deux vis de 5mm dans chaque angle dans les trous de positionnement que possèdent déjà les caisses.
Vu à l'intérieur de la caisse percée en 3,5mm l'autre caisse dessous
Perçage à l'aide d'un foret de 7mm. Le trou de 3,5 assure le guidage pour la première caisse puis amené à 7mm le trou guide pour la caisse du dessous. Une pierre deux coups.
Moins de 10 minutes plus tard, les deux caisses sont réalisées. Il suffit de refixer la première caisse sur la troisième encore vierge pour obtenir en moins de 5 minutes la troisième caisse.
Concernant l'opération trous d'aération il faut utiliser un foret de 1,5mm. Je vous déconseille plus gros car vous risqueriez de laisser passer des insectes indésirables. Et plus fin vous risquez de casser de nombreux forets. Le plastique ayant tendance à fondre, très vite il colle au foret ce qui créait des efforts parasites trop importants. Pour ceux qui possèdent une perceuse à colonne voici le montage possible pour avoir la place de passer la caisse dessous
Voici en moins de 5 minutes les trous réalisés.
Vous n'êtes pas obligé de faire les 4 faces. Une seule peut suffire. Tout va dépendre de ce que vous dans votre lombricomposteur. Par exemple les couches de cartons mises entre les déchets alimentaires, permettent de stabiliser les déchets et forment des systèmes d'aération interne qui limitent la production de gaz.
Pour éviter les intrusions et assurer une bonne étanchéité entre les différents bacs eux même ou pour le plus haut, le couvercle, il faut coller du joint type joint de fenêtre. Cependant il est préférable de les coller car le double face ne tient pas dans le temps. Ce joint n'est pas de qualité alimentaire ce qui n'est pas un problème car il n'est pas en contact avec les contenus.
Pose d'un point de colle
Première bande posée
Voici un bac terminé avec:
  • les trous au fond pour les migrations et l'évacuation du thé
  • les trous sur le(s) coté(s) pour les échanges gazeux et l'aération
  • les joints sur les bords qui permettent d'éviter les intrusions
Le bac terminé en place sur un lombricomposteur actif et qui n'attend plus que ses déchets et son couvercle.

Construction de l'étage récipient à jus.

Si dans un premier temps vous souhaitez économiser du temps, vous pouvez utiliser un bac brut pour collecter le jus.
Cependant la construction du collecteur facile grandement le quotidien. Si vous ne possédez pas de robinet extérieur, pour collecter le jus il faudra enlever tous les étages supérieurs puis les remettre. C'est une opération qui peut être salissante et demande de manœuvrer les bacs les plus lourds.
A l'usage le robinet ou la vanne est vraiment important et dépasse le cadre du confort.

C'est certainement la partie la plus complexe du lombricomposteur et nous avons multiplié les solutions et essais.

Construction d'une pente

Pour éviter que trop de jus stationne dans le bac receveur, nous avons réalisé une forme qui est collée au silicone alimentaire.
Le bac nu
Découpe dans du polystyrène extrudé dur (nom commercial styridur)de la forme qui est complexe. En effet c'est un triangle mais avec des angles de coupes qui ne sont pas perpendiculaires à la surface plane.
Voici les deux triangles assemblés. Il a fallut plusieurs redécoupages pour arriver à cette forme avec un assemblage presque parfait sur les bords. Il manque une photo des deux renforts en "V" qui retiennent les deux plaques en places surtout du coté haut (ce qui est l'angle en bas à droite sur la photo). Le robinet est prévu pour aller dans l'angle en haut à gauche sur la photo. La photo est prise avant que le polystyrène extrudé dur soit recouvert d'une couche de résine alimentaire.

Nous avons abandonné cette solution qui réduit considérablement la capacité du bac receveur et demande que le bac soit purgé très régulièrement.
En revanche le système de pente permet de limiter fortement les noyades de vers qui peuvent remonter sans aucun problème sur le pente puis dans le bac supérieur.

Pose d'une vanne ou d'un robinet

Nous avons testé de nombreux modèles. Ceux qui ont donné satisfaction sont tous les systèmes qui possèdes un gros débit. Les boues s’accumulant dans le bac, il n'est pas rare que les petits systèmes se bouchent.

Nous avons testé les modèles destinés à l'aquariophilie tout en plastique. Leur seul défaut réside dans la difficulté de trouver des modèles qualité alimentaire. En revanche il sont très simple à mettre en œuvre et surtout en cas de choc, ce sont eux qui cassent et non pas le bac receveur. Ce qui vous donne du temps pour intervenir. Nous avons eu à plusieurs reprises cette mésaventure et 15l de thé donnent une odeur persistante sur la zone contaminée surtout en agglomération...

Nous avons essayé les vannes sphériques en laiton qui sont elles en qualité alimentaire. Ce sont des produits très robustes, qui acceptent d'être manœuvrer même s'il à des boues. Le bras de levier donne beaucoup de puissance mais du coup la caisse gerbable à du mal à résister au couple. Il faut apporter un soin tout particulier à l'emplacement du perçage entre deux renforts. ce qui s'avère délicat car l'écrou qui se trouve à l'intérieur est parfois trop prêt de la paroi et il est impossible de le monter.
Voici une vanne posée sur un lombricomposteur en production. Il a fallu légèrement découper le renfort à gauche pour que le vanne puisse se fermer correctement. Cliquez sur la photo pour voir l'entaille.
La même vanne vue de face.

Support pour lombricomposeur

Un lombricomposteur peut être posé à même le sol mais ce n'est pas recommandé.
  • Cela ne facilite pas les opérations de maintenance.
  • Il y a un échange thermique entre le sol et le lombricomposteur
  • Difficile de le déplacer
Deux familles de solution:
  • Les supports statiques
    De simples parpaings suffisent. Ou une caisse de lombricoposteur en attente ou une caisse laissée telle que qui sert à demeure.
  • Les supports roulants

Voici un modèle qui a été fait a partir d'un présentoir de journaux gratuits trouvé abandonné dans une décharge sauvage. Le support a été modifié en deux fois. cependant, il faut un niveau de bricolage sérieux avec du matériel conséquent (poste à souder + meuleuse...) pour le réaliser.
Le même support vu de 3/4 arrière.
Il est robuste et très pratique pour les sols qui sont lisses (bétonnés...). Même chargé à plus de 100kg il reste tout à fait manœuvrable. En revanche il est fait pour un seul lombricomposteur.

Après 4 ans d'utilisation nous avons pu constater que les gaz ainsi que le thé étaient extrêmement corrosif. La peinture pourtant très résistante a été attaquée à plusieurs endroits. En 4 ans il a été modifié une fois et réparé une autre avec à chaque fois une couche de peinture 
Voici une excellente solution pour moins de 25 euros! Il suffit de rajouter à demeure deux tasseaux de bois vissés sur la lame horizontale. Je ne l'ai pas fait sur le mien car ce diable me sert pour d'autres tâches. S'il reste à demeure sous le lombricomposteur la peinture finit par être érodée et les tubes rouiller. Donc prévoir une peinture très solide avec antirouille inclus en prévisions.

Quelques articles

http://mili-terre.com/article/13/907/fabriquer-son-lombricomposteur-ou-vermicomposteur.htm
Share on Google Plus

About Pierre1911

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

68 commentaires :

  1. Bonjour,

    Merci pour votre blog. J'ai d'ailleurs tenté de le suivre à la lettre pour me fabriquer mon propre lombricomposter à base de caisse de chez bricot. En revanche, le percage des trous m'a posé un problème : le plastique (en fondant je présume) a laissé énormement de moulures attachées aux caisses. J'ai passé des heures à poncer, limer, re-percer pour tenter de les enlever, sans avoir un résultat parfait. (quelque soit le diamètre, j'ai pourtant utilisé une meche à métal neuve). Cela gêne-t-il le fonctionnement du lombri ? Faut-il les laisser ? comment les enlever facilement ??

    Merci pour vos conseils !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. utilisez une mêche à bois.

      Supprimer
    2. Les bavures ne gènes en rien sur le fonctionnement. Elles ne blessent pas les vers et ne peuvent pas vous blesser.
      En revanche elles risques de tomber dans le compost ce qui n'est pas vraiment le but (de retrouver du plastique dedans).

      Supprimer
  2. Bonjour Christophe,

    Merci pour les commentaires positifs.

    Les bavures ne gênent pas, sauf éventuellement au nettoyage des bacs et pour éviter de ce blesser.
    Maintenant pour les pointilleux comme je suis on peut les enlever. Car les bavures tout le monde en à eu; voici quelques astuces:
    - utiliser des forets de qualité. D'expérience les forets sont un investissement nécessaire qui a très vite fait d'être rentabilisé.
    - il faut toujours que le foret soit froid. Avec la succession de perçage surtout s'il force, il s'échauffe, le plastique colle, donc il coupe encore plus mal, donc il chauffe... Ce phénomène ce décuple avec les forets de mauvaise qualité. Une boite avec de l'eau permet de tremper le foret une dizaine de secondes et de le refroidir entre deux séries.
    - pour éliminer les bavures, il suffit de placer le bac 10 minutes dans un congélateur de le sortir et de faire sauter le copeau avec un couteau.
    - un simple coup de ponceuse (à bande, orbitale ou autre) fait l'affaire avec du gros grain. Il faut passer vite pour ne pas fondre le plastique et de pas insister sur la surface.

    Voilà, bonne lecture et bricolage!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Très intéressant merci, vous parlez de toilettes sèches comme utilisation de ce lombricomposteur, est-ce que vous le pratiquez vraiment ? Je cherche justement des retours d'expériences de compostage de TLB sur balcon en ville..., et je n'en trouve pas !
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Le traitement des déchets de toilettes sèches c'est un peu l'arlésienne. J'ai posé la question des professionnels (loueurs et fabricants de TBL) fouillé sur le net et n'ai pas eu de réponse qui traite en profondeur le sujet.

      Nous n'avons pas un expérience importante du traitement des TLB. Donc ce qui suit est à prendre avec des précautions.

      Deux problèmes avec ce type de déchets:
      - ils dégagent beaucoup de chaleur ce qui dans un espace réduit et borné n'offre pas d"échappatoire aux lombrics qui meurent brûlés.
      - le lombricompost fabriqué peut être très pathogène et donc utilisé avec beaucoup de précaution.

      Je suis en train de rédiger un nouvel article justement sur la chaîne de traitement des déchets, de production de vers et de production de compost.

      Pour répondre en avance à la question, le traitement des déchets de TLB sur un balcon me semble totalement utopique vu les contraintes de place et les odeurs.

      Supprimer
    2. Bonjour,
      le lombricompost issu du traitement de TLB n'est pas pathogène, les staphy et strepto ne résistent pas au passage dans l'intestin des vers.
      Par contre il faut éviter la lessivation qui elle pourrait faire passer rapidement des pathogènes dans le lombrith. Si vous compostez des restes de TLB, il faut juste un peu de place, ce qui exclut les balcons mais sur 1m2 par occupant c'est pas un soucis. Dans l'Hérault il y a une lombristation qui traite avec 0,25 m² par équivalent habitant. Bruno detempsentemps@wanadoo.fr

      Supprimer
  4. Bonjour
    j'ai eu le même souci que Pierre avec le plastique qui fond lors du deuxième passage de la perceuse sur le bac "témoin".
    Du coup, je trace mes diagonales et mes rectangles sur les faces de chaque boite. cela prend plus de temps mais pour les bricoleurs mal équipés (cf. la qualité des forets) on évite la surchauffe du foret et du plastique.
    Merci beaucoup pour ce tutoriel, qui est très pédagogique et nourri de toutes vos expériences!
    Perrine

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Pierre,
    Merci pour ce superbe tuto.
    Après en avoir vu en fonctionnement, j'ai tout de même une question.
    Certain lombricomposteurs du marché superpose les bacs de telle manière que le fond du bac touche la matière a dégrader. Pourtant, votre réalisation superpose les bacs, donc potentiellement n'est pas en contact avec les aliments.
    Du coup, je me demande comment les vers peuvent passer d'un élément à un autre ?
    Encore merci pour cet article.
    Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christophe,

      Le contact matière du bac inférieur et fond du bac supérieur est source de problème.
      En effet pour qu'il fonctionne durablement il faut donc comprimer la matière qui sera maintenue contre le fond. A défaut si c'est un simple contact, le lendemain la dégradation ayant opérée, le contact n'est plus.
      Or comprimer la matière est le meilleur moyen pour que des poches de gaz se forment, pour qu'un procédé de fermentation démarre. Ce qui signifie odeurs, milieu hostile pour les vers....

      Les vers sont des acrobates. Si vous maintenez un taux d'humidité suffisant, les parois leurs seront accessible (car enduites de condensation) et ils pourront grimper et jouer à spiderman.... A non mince c'est worm-man!

      A bientôt et merci

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse. Cela me semble, en effet, très logique de ne pas comprimer la matière. Juste une dernière question, nous sommes 5 (2 adultes et 3 enfants), j'ai trouvé le magasin qui vend les caisses en 40x30. Combien de caisses, pensez-vous qu'il me soit nécessaire ?

      Supprimer
    3. C'est un peu la question piège car cela dépend tout autant de ce que vous mangez:
      - Plus vous préparez vous plus vous faites des déchets (VS achat de plats cuisinés)
      - Plus vous mangez de légumes et plus vous avez de déchets
      - Quels sont tous les entrants de votre lombricomposteur? déchets de cuisine, déchets de bureau, déchets d'achats (cartons...)....

      Je dirai qu'une base de 5 bacs est le minimum, 1 bac récupérateur + 4 bacs de vers.
      Modulez en fonction de la place qu'il vous reste.

      Ne démarrez pas avec trop d'apports. C'est difficile à écrire et encore plus à vivre au départ, mais il vaut mieux jeter aux ordures ou composter une partie des déchets et ne traiter qu'une fraction avec le lombricomposteur que de vouloir tout mettre dedans dès le départ.
      C'est un écosystème qui doit se créer donc soyez un peu patient!

      Supprimer
    4. Il faut dire que nous sommes dans une démarche 0 déchet (mais ce n'est pas toujours évident). Nous utilisons en effet principalement des produits frais, de saison et local. Avant de lancer le lombricomposteur, je vais faire attention (peser) ces prochaines semaines la quantité de déchets vert que nous produisons (Sauf les fanes de carottes avec lesquelles nous faisons un délicieux pesto, mais ça s'est une autre histoire).
      Je démarrerai en douceur, pour ne pas saturer le lombricomposteur. Et le reste ira dans un des composteurs de quartier.
      Encore merci pour vos précieux conseils et retour d’expériences.

      Supprimer
    5. Merci de nous tenir au courant de vos avancées!
      Pour les vers faites moi un commentaire avec votre adresse email (je ne le publierai pas)

      Supprimer
    6. Bonjour Pierre, en deux semaines, nous avons produit environ un peu moins de 9kg de déchets. Ceci étant, il y avait une grande quantité de liquide dans le fond (certainement le melon). Coté lombricomposteur, j'ai bientôt terminé (utilisation du modèle qui vous conseillez), il me reste les aérations à faire.
      Cependant, j'ai un certain nombre de questions qui me viennent a mesure que j’avance dans ce projet :

      1 - Pour les aérations, je pensais utiliser une mèche de 3.5cm, faire un ou deux trous par boîte et mettre un grillage fin (pvc ou métal) de type moustiquaire, quand penser vous et surtout quel type de colle utiliser ?
      2 - Pour le bac qui récolte le thé de compost, il semblerait que ce soit source de suicide pour les vers. Du coup, je pense coiffer ce bac avec son couvercle d'origine et découper son centre afin d'y mettre le même type de grillage que celui des aérations. Cela ne devrait pas empêcher le liquide de s’écouler et les vers ne pourrons pas tomber dans le bac.
      3 - A force de lire des infos sur le net concernant le fonctionnement d'un lombricomposteur, je m’aperçois que l'on y trouve tout et surtout son contraire. Du coup, je suis perdu. J'ai lu qu'il ne faut pas mélanger les espèces de vers alors que pour d'autre, c'est nécessaire. Même chose concernant le remplissage des bacs et le mélange entre les déchets et la matière sèches.
      Pourriez-vous éventuellement faire un article ou m'expliquer comment agencer et mélanger tout cela afin d'avoir un bon équilibre dans mon lombricomposteur. Me dire quels déchets sont à exclure, ceux qu'il faut limiter et ceux qui ne pausent aucun problème.
      J'avoue volontiers faire confiance à votre expérience plutôt que de me perdre dans des centaines d'articles.
      D'avance merci pour votre retour.

      Supprimer
    7. Bonjour Wissim,

      Pour les aérations, le système de grille plus fine fonctionne j'en ai parlé dans un commentaire.
      J'ai utilisé cette technique. La meilleure colle que j'ai trouvé pour cela c'est de faire fondre un bout de caisse. Il faut que le grillage est un point de fonde ou déformation plus haut que le plastique de la caisse sinon vous allez avoir des trous. Il existe du grillage très fin en acier inoxydable. Ne prenez pas de la moustiquaire en aluminium elle ne résistera pas aux attaques acides.
      C'est quand même un milieu très corrosif, mes bacs avec du grillage en acier inoxydable sont percés au bout de 5 ans. Alors qu'avec le plastique "pur" pas de dégradation notable (UN BON RAPPEL A L'ORDRE SUR LES DéCHETS PLASTIQUES DANS LA NATURE....)
      2) Tout à fait, c'est une méthode que j'utilise aussi.
      Ma nouvelle méthode consiste à garnir l'étage inférieur de paille (qui provient du poulailler). Cette astuce permet d'attaquer la paille et d'offrir un refuge aux vers. Au bout de quelques semaines, la paille et les vers est mise dans un étage normal, le thé percolant dans les étages inférieur et est récupéré le lendemain dans le dernier bac laissé vide 1 journée. En 24h le nombre de suicide est acceptable et le bac est regarni de paille...
      3) tout à fait c'est un peu la jungle sur le net.
      Gardez votre esprit critique avant tout, même et surtout sur ce que je vous dis. Faites vous confiance et avancez en vous aidant de vos observations. Vous recréez un milieu naturel dans un espace confiné, ce n'est pas moi ni une autre personne par écran interposé qui peut vous dire quoi faire. Je ne me défile pas, je donne juste la limite des conseils et des informations trouvées sur le net.

      Oui l'article dont vous ébauchez la trame avec vos questions devrait être écrit, mais le temps, le temps.... Et encore une fois ce n'est que mon point de vue et d'autres sont tout aussi valables.

      Mélanger les vers je suis pour, mais on peut faire sans.
      Pour car les espèces apportent des spécificités complémentaires. L'une est plus résistante, l'autre se reproduit plus vite. La première permet de supporter des aléas de température, la seconde les fluctuations de traitement des déchets en fonction des saisons...

      La matière sèche, que je préfère nommé carbonnée, est primordiale. Je suis pleinement satisfait des lasagnes qui sont à mon sens le meilleur moyen d'avoir un rendement et un stabilité du milieu. Dans les bacs de lombriculture je suis à plus de 30% de cette matière et cela fonctionne à merveille.

      Supprimer
    8. Quels déchets?
      La nature est bien faite, tout ce qu'elle produit, elle est capable de le transformer. Il n'y a que l'homme qui cherche à produire des matériaux immortels.
      Prenons un exemple: les peaux d'agrume. Pourquoi faut-il éviter des les mettre?
      D'abord ils sont acides. Ensuite ils sont durs, et oui car ils ont été inventés et produit par la plante pour protéger ce qu'il contenait. Pourtant, sous les orangers, on n'a jamais vu un cimetière de peau d'orange datant de 5 siècles! Donc la nature les décompose. Pourquoi ne pas les mettre dans les lombricomposteurs? Personnelement je le fais, mais en toute petite quantité, pour éviter d'avoir des poches de gaz et de matière compacté, les produits durs et acides séjournent dans un bac de pré-décomposition, sont réduit grossièrement mécaniquement, puis intégrés dans les lombricomposteurs. et cela fonctionne très bien.
      Mais nous ne mettons que les agrumes qui n'ont subi aucun traitement. Car les peaux des fruits traités contiennent des quantités colossales de pesticides, insecticides et fongicides qui sont des bombes dans les lombricomposteurs!
      Toutes ces astuces, ne reposent que sur de l'observation et du bon sens, c'est pourquoi je préfère vous transmettre un sens critique et juste de quoi que vous démarier pour que vous soyez autonome, plutôt que de livrer des recettes toutes faites.

      Je travaille depuis des mois à la rédaction d'un très long article qui je l'espère verra le jour ici ou peut être dans un livre. En tout cas, toutes les questions structurées et les contributions aident à sa rédaction. N'hésitez surtout pas.

      Supprimer
    9. Bon, voilà, nous y sommes, cela fait un moi que nous pesons nos déchets verts avant de les emmener au composteur de quartier. Nous produisons à 5 personnes environ 5kg de déchet par semaine.
      Parallèlement à cela, j'ai fini la fabrication de mon lombricomposteur. Mais avant de le mettre en marche, il me faut des vers ...
      Prochaine étape trouver des gens sympas qui veulent bien donner des vers ;)

      Supprimer
    10. Tu trouveras mon adresse email dans la rubrique contact. Moyennant le remboursement des frais de port, je t'expédie un bon stock de vers pour démarrer. C'est la période parfaite pour expédier les vers puisqu'il ne fait ni trop chaud, ni trop froid.

      Supprimer
  6. Bonjour je voudrais me lancer dans le lombricompostage, nous sommes un couple dans un appartement sans balcon mais avec un grand placard où l'on pourrait placer les boites. Pensez-vous que ce soit réalisable et si oui, quel matériau sera idéal pour commencer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,

      Votre application est peut-être la plus difficile, car elle demande beaucoup au démarrage.
      1) Vous devez utiliser un lombricomposteur de grosse capacité. C'est à dire à minima une caisse (ici 18l) par personne sans compter le bac collecteur.
      En dessous vous n'allez pas pouvoir avoir un rapport matière brune/matière verte adéquate
      2) Faites systématiquement des lasagnes à chaque apport de matière à décomposer. Utilisez un maximum de carton alvéolé pour mettre 3 cm de matière verte dessus puis de nouveau un carton.
      3) c'est l'astuce de l'année et une première communication: ajoutez au fond du bac collecteur du charbon de bois. J'expliquerai dans un nouveau tutorial comment utiliser ce charbon a très haute teneur nutritive.

      4) Seconde astuce, si vous craignez les odeurs faites des chaussettes avec des vieux bas, doublés ou triplés avec du marc de café dedans. Posez ces petits coussins au sommet par dessus tout en veillant à tout bien recouvrir la surface. Vous avez un super filtre à odeur totalement compatible avec les vers de terre!

      Pour la matière je vous invite à utiliser les bacs mentionnés. Si on peut craindre l'utilisation du plastique et se dire que d'un point de vue écologique, on peut faire mieux, dans le temps celle solution s'avère très intéressante.
      Certains de nos bacs ayant plus de 7 ans il sont quasi neufs. La facilité de mise en oeuvre, la flexibilité, leur durabilité fait de leur coût écologique important au départ (plastique= pétrole) finalement une toute petite consommation annuelle qui rivalise sans problème avec le bois qui doit être renouvelé et qui à chaque fois demande de l'énergie pour être confectionné.

      Bien à vous

      Pierre1911

      Supprimer
    2. Merci de cette réponse rapide ! :) Je vais chercher ces caisses plastiques dans mon magasin de bricolage, et pour la mise en place j'attendrais votre tuto sur le charbon.
      Pour le marc je connaissais l'astuce, je l'utilise d'ailleurs pour désodoriser mon frigo.

      Autre question, pour nos amis les vers, un simple coup de pelle dans de la terre de potager suffit pour commencer une population ?

      Supprimer
    3. Impossible de trouver autant de vers de terre, même sous un tas de fumier, car il en faut en moyenne 200g par personne pour démarrer. Vous trouverez des informations où il est conseillé d'utiliser 500g de vers pour une famille de 4 personnes ce qui est à mon sens trop juste et une économie de bout de chandelle.

      Il existe des techniques pour récolter des vers de terre. Rendez-vous sur le futur tutorial

      Supprimer
    4. Je me permets un petit commentaire :
      Pour trouver des vers (Gratuitement), il y a un site communautaire qui met en relation les personnes ayant des vers et ceux qui en cherchent : http://plus2vers.fr/carte/
      Pour les caisses en 40x30 les magasins BricoDépot en ont constamment.

      Bonne continuation.
      Ps : Je laisse Pierre modérer mon message au cas où il ne fallait pas mentionner l'enseigne ;)

      Supprimer
    5. Tout à fait pour les deux informations:
      - Pour les vers les dons existent sur
      * http://plus2vers.fr/carte/
      * le forum verslaterre
      * les réseaux de dons comme freecycle
      * les sites de dons comme donnons.org

      Pour ce qui est des caisses Bricodépot en a en effet la quasi totalité du temps (quelques ruptures parfois), mais le prix à doublé en 7 ans. Possibilité de voir les stock sur leur site (fiabilité de l'information parfois douteuse surtout quand on tant vers des petites quantités) dès lors que l'on renseigne sa localisation....

      Merci Wissin!

      Supprimer
  7. Bonjour,
    je me permets modestement d'indiquer un petit truc pour percer les plastiques sans les faire fondre : utiliser une petite visseuse sur batterie en vitesse 1, la plus lente, celle qui sert à faire les vissages et non les perçages. De cette façon, les perçages dans le plastique se font sans problème jusqu'à épuisement total de la charge de la batterie.
    Voilà, bon courage à tous :-)

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour et merci pour ce tuto si complet!
    J'ai suivi vos indications en tous points, et juste ajouté une petite touche personnelle en collant une petite bande de tulle devant les trous d'aération, sur l'extérieur des bacs, pour éviter que les vers ne fuguent trop facilement.
    J'ai aussi posé un grand rectangle de tulle sur le bac à jus, maintenu avec de l'élastique acheté en mercerie, pour que les vers ne se noient pas.
    Enfin tout ça reste encore théorique, car j'attends avec impatience mes vers pour commencer…

    Il me reste un problème à résoudre dois-je isoler mon lombricomposteur ?
    Il doit rester à l'extérieur, au coin d'une petite terrasse très protégée exposée sud-est, en ville, dans le Loiret.
    Pensez-vous que du polystyrène suffise à isoler les bacs et empêcher les vers de mourir de froid l'hiver? Ou dois-je faire un petit abri en bois doublé d'isolant? (Je ne tiens pas à emballer le LC dans de vieilles couvertures, je trouve ça trop moche :) )
    Merci d'avance pour vos réponses !
    alice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alice,

      C'est en effet une bonne idée pour les aérations. Il est vrai que percer des petits trous de 1mm prend beaucoup de temps. Nous avons essayé de percer de plus gros trou avec comme vous un système de réduction des interstices. Nous avons essayé de mettre de la moustiquaire collée, du grillage ultra fin fondu dans le plastique. Les résultats ont été correctes mais nous avons rencontré deux problèmes:
      1) au fil du temps quelque soit le matériau utilisé il se décolle de la caisse
      2) les gros trous affaiblissent les caisses quand on en empile un certain nombre.
      Nous faisons des tours de 7 étages avec des caisses vraiment pleines, donc la caisse du dessous encaisse largement plus de 100 kg de contrainte. Voilà pourquoi nous avons abandonné.
      Mais tout le monde ne fait pas des tour de cette taille! Large sourire

      Supprimer
    2. Pour la question de température il faut tenir compte de nombreux paramètres (exposition ,vent, mur derrière, quantité de matière....). Il y a de fortes chances que vos vers n'apprécient pas si les températures restent basses trop longtemps.
      NB, même à des températures négatives, il faut plusieurs jours pour que le coeur se refroidisse au point que les vers ne survivent pas. C'est aussi une question de taille de caisse. Plus elles sont grosses et contiennent de la matière fraiche, plus elles résistent.

      Quoi qu'il en soit, je vous invite à acheter un thermomètre digital à alarme avec bulble déporté. Ce petit investissement va vous permettre de mieux appréhender les températures de votre lombricomposteur. On trouve ce genre d'article dans les magasins d'aquariophile, les ménageries qui font des insectes et des reptiles. C'est aussi très courant sur les sites de VPC.

      Une fois que vous avez ce système et que vous êtes en capacité de mesurer les températures vous avisez.

      A mon sens il y a deux pistes à suivre.
      1) l'isolation, c'est à dire d'essayer de lisser la courbe de température pour avoir une moyenne proche de la plage optimale pour les vers.
      Si vous prenez du polystyrène, favorisez la version extrudée (=dur). Plus chère, elle est beaucoup plus solide et ne partira pas sous la forme de billes comme les polystyrènes standards font.
      Personnellement j'aime mieux les matériaux naturels comme, la laine de bois, la paille (des bottes de pailles font merveille), les copeaux de bois.... Le problème c'est que tout ces matériaux doivent être protégés de la pluie sinon ils pourrissent.
      Quelque soit la technique utilisée, pensez bien que le système ne doit pas vous empêcher d'ouvrir et de maintenir le lombricomposteur.
      Qu'il doit être amovible car il se peut que l'été il est tout l'effet inverse...

      2) Apporter ou garder de la chaleur
      - peindre une face en noir des caisses pour que cette face soit exposée au soleil l'hiver
      - sacrifier de l'espace pour faire une couche chaude dans chaque étage (ATTENTION CETTE TECHNIQUE DEMANDE BEAUCOUP DE SAVOIR FAIRE)
      - mettre un ruban chauffant (toujours dans le domaine de l'aquariophilie) qui consommera quelques watt avec un programmateur qui ne l'alimentera que la nuit et au petit matin.
      - le même système avec une sonde de prise de température qui pilote le ruban

      En dernier recours, trier une caisse avec beaucoup de vers et la remiser dans un espace plus tempéré durant l'hiver pour la remettre au printemps dans le système général et ainsi re-coloniser le lombricomposteur

      Supprimer
    3. Bonjour Pierre, et merci pour tout ces éléments de réponses!

      Pour l'aération, j'avoue avoir fait d'assez gros trous car je n'avais pas de mèche d'1mm... on verra sur la durée, mais le poids des bacs ne devrait pas être un problème, car même si nous sommes de gros mangeurs de fruits et légumes, nous ne sommes de que deux, souvent absents par notre travail.

      Quant à la température, les fortes chaleurs ne sont plus de saisons, et l'été prochain, l'ombre des bambous et de du laurier palme feront bien l'affaire, je pense.

      Pour le froid: mes bacs sont déjà noirs, donc pas besoin de les peindre. Pour l'isolation, sachant que je suis en ville et sans voiture, j'aimerais utiliser les matériaux qui me restent de la rénovation de mon appart', dont quelques bouts de polystyrène (initialement prévu pour un tablier de baignoire, donc avec une face armée qui ne s'effrite pas), qui à l'avantage de bien résister à l'humidité, ou pourquoi pas des dalles de sous couche de parquet en fibre de bois (genre floor komfort) mais à emballer dans du film pare-vapeur pour protéger de la pluie, le tout en gardant en tête la maniabilité… Il y a aussi peut-être quelque chose à faire avec une couverture de survie.

      Enfin, la première chose que je vais faire, c'est acheter un bon thermomètre et envisager les différentes solutions d'isolation et/ou repli vers vers la mini cabane de jardin (où il ne fera guère plus chaud) , la cour intérieure de l'immeuble (pas bien chaud non plus, commune, et 2 étages plus bas) ou négocier la mise dans l'entrée le temps des frimas…

      Mes vers arrivent par la poste la semaine prochaine !!

      Supprimer
    4. Que de bonnes choses. Merci de nous tenir informés!

      MESSAGE POUR TOUTES ET TOUS
      Si vous aussi vous avez mis en pratique ce que ce blog explique n'hésitez pas à nous faire parvenir vos retours d'expériences. Photos, textes, vous m'envoyez les éléments et je les poserai, avec votre accord, ici pour compléter les sujets.

      MERCI ET A BIENTÔT!

      Supprimer
  9. J'ai découvert votre articles très complet et me suis lancé dans la fabrication de mon lombricomposteur. Je n'ai rencontré aucune difficulté particulière, pour le bavures, j'ai simplement utilisé un couteau avec une lame bien affûtée pour les faire sauter. Je réfléchis juste à un système pour éviter le suicide des vers...
    Je viens de récupérer quelques vers... me reste plus qu'à attendre un peu et voir comment tout cela fonctionne.

    Merci pour le partage ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous pour ce témoignage et cette astuce!

      Je rappelle que nous pouvons donner des vers gratuitement, nous vous demandons simplement le prix du transport par la poste. Un seul don par mois et pas de dons les périodes où la température pose un problème pour nos petites bêtes (décembre en partie, janvier, février, puis juillet et Août à pondérer en fonction des conditions météo et où sont expédiés les vers).

      Prenez soin de vos vers!

      Supprimer
  10. Pour les vers je suis passé par http://plus2vers.fr/ et j'en ai trouvé juste à coté de chez moi. Mais merci pour la proposition ;)

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour et merci pour le partage,

    Tutoriel simple et efficace. Ma question est simple : une fois le composteur fabriqué, comment commence-t-on ?

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Comme le titre de l'article le stipule, il s'agit d'un lombricomposteur et non pas d'un composteur. Ce qui implique la présence obligatoire de vers de terre type vers de fumier.
      dans cet autre article http://www.pierre1911.fr/2015/11/dechets-les-lombricomposteurs-des-autres.html
      vous verrez comment éventuellement obtenir des vers gratuitement. Sinon il existe des sources de dons et des entreprises qui en vendent soit en direct soit en vpc.

      Merci pour le compliment et bonne journée à vous

      pierre1911

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Merci pour votre réponse.
      Autant pour moi, je parlais de lombricomposteur.
      J'ai vu votre article sur les vers "en partage".
      Je précise ma question : Une fois le lombricomposteur fabriqué, où dois-je mettre les vers ? dans le bac du fond ? Quel quantité déchet dois-je mettre ? Quel type ? Avez-vous un lien ?

      Votre projet va être mis en place dans un projet "jardin écologique" dans mon collège. Ma collègue (SVT) s'occupera de la partie "vers", je prendrai en charge la partie fabrication en technologie. Le but : donner une culture écologique pratique à nos élèves.

      Bon dimanche et merci pour la nature,

      PS : Etes-vous d'accord pour une utilisation de vos documents dans le cadre d'une mission pédagogique ?

      Supprimer
    3. Bonjour COCODESROSO

      Je fais faire un article sur le démarrage d'un lombricomposteur car j'ai beaucoup de questions et surtout de casse au démarrage des nouvelles installations. L'option vidéo me semble toute indiquée.

      Génial pour le projet pédagogique, v'aiment je suis fan et j'ai essayé d'en faire autant que je pouvais. Faute de temps, je suis heureux que d'autres prennent le relais.

      Pour le PS aucun problème, ma seule condition est de citer clairement et visiblement l'adresse du blog www.pierre1911.fr sur les documents (les www. étant facultatifs). Le blog est le moyen central de communication qui s'enrichie de ces visites et des contributions. la preuve par ces lignes utiles à d'autres!

      Je vous propose même de faire un article spécifique sur ce projet! :)

      Supprimer
  12. Bonjour,
    Je serais intéressé pour connaitre l'avantage de l'utilisation du charbon dans le bac de collecte. Ma première idée étant de remplir le bac de galets (à la place de la paille) pour permettre aux vers de remonter.

    Les inconvénients que je vois avant de commencer sont le poids des galets et la perte de volume dans ce bac (-60-70% si je remplis à ras).

    L'avantage du charbon dans mon cas serait le gain de poids. Je suis curieux de connaitre les autres avantages.

    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En premier lieu quelque soit le matériel utilisé pour permettre aux vers de remonter, il y a perte de place. Seuls les systèmes anti-descente permettent de laisser livre la bac receveur.

      Le charbon est un élément naturel ultra poreux qui permet à la vie bactériologique et microbienne de le coloniser. Le thé étant un milieu bourré de toute forme de vie, le charbon permet de préserver et développer cette vie sur autre chose que le liquide.

      Supprimer
  13. Bonjour,

    n'y a t-il aucun risuqe avec les bacs gerbables ? Ils sont en polypropylène mais de nombreuses sources parlent de décomposition (plus légére que pour d'autres plastiques) de ce produit ? Qu'en pensez vous ?
    Et merci pour votre blog et vos conseils !!
    olivier

    PS : voici le lien qui parle des plastiques dont le polypropène =>http://www.lasantedanslassiette.com/dans-l-assiette/cuisine-saine/plastiques-alimentaires.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Olivier et merci pour cette intéressante question.

      Voici en avance ce qui fera un article. Vous avez raison le plastique plus on s'en passe, moins de risques nous prenons.

      Pour ce qui est des bacs gerbables je n'ai pas de solution. Nos essais actuels en bois posent très vite des problèmes avec en moins d'un an un pourrissement total d'une planche de sapin de 22mm d'épais. Les bois traités ne valent pas vraiment mieux, le gain de résistance est payé très cher en matières re-larguées pas très catholiques. Alors que faire? Je ne sais pas. Une version de bac en acier serait obligatoirement et très lourde et très couteuse. Il faudrait des aciers très résistants à la corrosion. je viens de démonter une partie du réacteur et le plus haut étage grillagé (donc le moins exposé) à totalement fondu au milieu en moins d'un an! il s'agit de fer à béton de 3mm de diamètre!

      Peut être faut-il s'orienter vers des caisses jetables en bois, mais cela suppose que chaque année il faille les remplacer et ça peut de personnes feront le saut.

      Bientôt en ligne mes nouveaux lombricomposteurs de 1300l horizontaux en bois mais doublé d'une jupe maison en plastique. On revient toujours au même problème. Tristesse

      Supprimer
    2. Et as tu pensé à des bacs en bois habillés de l'intérieur en geotextile imperméable ?

      (Chris)

      Supprimer
    3. Bonjour Chris

      Le problème du géotextile c'est qu'il est biodégradable et que donc il ne va protéger le bois qu'un très court instant. Des associations partenaires ont tenté l'expérience en vain.
      Mon lombricomposteur linéaire est en bois et va être bâché à l'intérieur avec des matériaux de récupération. A voir la solidité dans le temps

      Supprimer
  14. Bonjour, je suis en cours de construction du lombricomposteur, le tuto est très clair. Je voudrai juste des précisions sur l'installation du robinet en laiton. On le visse directement dans le plastique, il faut une autre pièce à l'intérieur? D'avance merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela dépend de l'épaisseur du support là où le robinet va être fixé. Il faut de l'épaisseur au moins 3mm. En dessous de cette épaisseur il faut soit faire une cale intérieure, soit utiliser un écrou.

      ATTENTION les jus (thés) de lombricompostage sont extrêmement corrosifs donc n'utiliser que des matériaux résistants aux milieux difficiles.

      Supprimer
    2. Merci pour la réponse. Je le fais avec les caisses plastique brico dépôt. En regardant mieux j'ai vu le fameux écrou dans l'exemple avec le système de jauge, à mettre à l'intérieur. Je vais mettre ça.

      Merci.

      A+

      Seb

      Supprimer
    3. merci Seb

      Si vous souhaitez nous envoyer des photos pour que nous montrions aux autres votre installation et enrichir la collection des lombricompostopiles...

      bonne journée à vous

      Supprimer
  15. Petit retour d'expérience après 10 mois d'utilisation. Le démarrage a été difficile, pas de production de the et beaucoup d'humilité. Je pense qu'il fallait qu'un équilibre se fasse dans ce nouvelle environnement. Petit à petit les choses ont pris leur place et c'est devenu un réflexe pour tout le monde de mettre les déchets dans le lombricomposteur. Les vers dévore plus vite que nous produisons (en fonction des saisons). aujourd'hui j'ai 5 litres de thé, je tourne avec 3 ou 4 bacs, là encore en fonction des saisons. Le plus difficile en fin de compte c'est de récupérer les vers quand ont souhaite vider un bac.
    En tout cas expérience réussie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super en voilà des bonnes nouvelles à plus d'un titre!
      Un grand plaisir de lire tout cela :)

      Bonne soirée

      Supprimer
  16. Bonjours, pour l'avant dernier bac, il faut le percer aussi à 7 mm, les vers ne tombent pas dans le bac récupérateur du liquide?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui absolument comme les autres car tous les bacs sont interchangeables (sauf le dernier à jus)

      Supprimer
  17. Bonsoir, voilà je voulais savoir si les dimensions 400 x 300 x 220 mm Bac gerbable parois pleines et fond plein étais bon pour la fabrication pour le lombricomposteur? Car je ne trouve pas vos dimensions des bacs. Merci à vous et superbe en tout cas cette idée, j'ai hâte de démarrer tout ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... étant donné que les bacs retenus font 400x300x210 je ne vos pas trop comment les 400x300x220 n'iraient pas. Je pencherai même sur une erreur de descriptif pour en fait parler du même produit.

      Bon courage

      A bientôt

      Supprimer
  18. Bonjour,
    Je tenais tout d'abord à vous remercier pour ce mode d'emploi très claire et très complet.
    J'ai profité de ce long week-end pour me lancer dans cette construction.
    J'en suis à l'étape trous d'aération. Comme j'ai utilisé des caisses plastiques gerbables type europe gratuites mais avec des poignées ouvertes, je me demandais si je ne pouvais pas combiner leur fermeture avec les trous d'aération.
    Idée : plaque type akylux colée à l'intérieur avec des petits trous d'aération. Vous pensez que ce type de matériaux sera assez résistant.
    Merci par avance pour votre réponse.
    Sabrina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sabrina

      Merci pour vos mots.
      Concernant les matériaux utilisés pour éventuellement compléter ou boucher des bacs, je préconise d'être sur des matériaux relativement semblables. Deux raisons principales à cela, un pour utiliser un moyen de liaison sans surprise (exemple colle) qui réagirait différemment d'un support à l'autre, deux pour que les coefficients de dilatation soient identiques. Le plastique gris des bacs utilisés a tendance à beaucoup se déformer avec la chaleur et se rétreindre sous l'action du froid. Il y a des risques de décollement ou de fissure.
      J'ai fait des tests avec des rivets, cela fonctionne plutôt bien mais à force des fissures peuvent apparaitre au gré des saisons qui s'enchainent.
      Pourquoi pas sacrifier une caisse pour découper dedans les bouchons?

      Supprimer
  19. Bonjour,
    J'ai une idée qui pourrait simplifier grandement la fabrication d'un vermicompost. Pourquoi ne pas réutiliser une vieille commode à tiroirs, en trouant simplement le fond et en rendant le dernier tiroir étanche + ajout de robinet ?
    Je n'ai jamais fait de vermicompost, donc peut-être qu'un détail m'a échappé...
    Certains ont-ils tenté l'expérience ?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne fonctionnera pas très longtemps. Etant donné le taux d'humidité et la présence systématique de percolations, le bois va être imbibé en un rien de de temps. Impossible de faire l'étanchéité dans les étages intermédiaires avec des trous d'évacuation, ou alors à renfort de technicité qui rend nul le gain en amont de ne pas avoir à créer une structure.
      Le bois imbibé, les tiroirs vont coincer et la structure pourrir en un temps record.

      Supprimer
  20. Merci pour votre tuto, je me suis basé dessus pour faire mon lombricomposteur et j'en suis très content.
    J'ai démarré cet été, en récupérant 500g de vers à un copain et ça marche plutôt bien. J'espère que les vers ne vont pas trop être sonnés par la neige et les températures récentes (minimum -3 degrés par ici) mais ça avait l'air d'aller jusqu'ici.
    Sinon j'ai eu qques moucherons donc j'ai laissé les bacs dehors. Je n'ai pas mis de joint de fenêtre entre les caisses alors je vais faire l'essai avec pour voir si cela permet de les envoyer pondre leur oeufs ailleurs.
    Sinon le problème va plutôt être de savoir comment utiliser tout ce bon compost :)
    Je pense que je vais vider un bac d'ici 2 ou 3 mois car j'en ai déjà 2 de remplis.
    A noter qu'un bac me permet de composter environ 2 ou 3 mois de nourriture (pour 1 pers avec un peu de légumes) et sa "matière brune" associée (feuilles, carton, ..).
    J'ai laissé le bac du dessous tel quel (aucun trou ni adaptation) et je rempli une bouteille d'eau (type jus de fruit) directement dedans pour récupérer le "jus de compost" qui fait vraiment un excellent engrais (pas besoin de trop le diluer si le lombricomposteur a pris la pluie en ouvrant le couvercle).
    Bravo et encore merci pour toutes ces infos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      un grand merci pour ce témoignage positif et moteur. Si vous souhaitez nous faire parvenir des photos, je serai heureux d'ajouter votre système à la page "les lombricomposteurs des autres"
      Pour me contacter cliquez sur l'onglet "CONTACT" du menu tout en haut

      Supprimer
  21. Bonjour Pierre,
    je me suis lancer dans la fabrication d'un lombricomposteur.
    Ayant pas mal fouillé sur le net j'ai utilisé votre topic que je trouvais le mieu pour fabriquer mon LC.
    Maintenant mon lombricomposteur est prêt avec des bacs de 18L identiques aux vôtres.(je vous remercie d'ailleur pour toutes vos explications détaillées)
    Une petite question, je pensais mettre un géotextile sous le dernier bac (au-dessus du bac à jus) afin d'éviter le suicide des verres qu'en pensez-vous?
    Enfin quelle type de litiéres conseiller vous pour commencer? (Paille, Papier broyé, paille de chanvre....)?
    Ensuite il me restera plus qu'à trouver des verres afin de débuter (On m'a dit que je pouvais en trouver à Décath lon mais je ne sais pas quel type et il n'y a que de très petites quantités....)

    Encore merci.

    Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire.

      Géotextile >
      Je lis deux choses dans votre phrase. Concernant le produit donc le géotextile, c'est une possibilité intéressante. En fonction de son origine (végétale ou dérivé de pétrole ) sa durée de vie va fluctuer.
      Concernant sa position je n'ai pas compris si vous souhaitiez le mettre dans l'avant dernier bac (ce que vous nommez le dernier bac de production?) au fond pour qu'il tienne ou alors vraiment dans le bac receveur.
      Si c'est le bac receveur il risque d'y avoir des problèmes pour le maintenir.

      NB: Je prône de plus en plus de ne pas mettre de système anti suicide mais de garnir le bac receveur de paille, pour que les vers puissent trouver un échappatoire.
      Ce n'est pas incompatible avec le fait de récupérer le jus, au pire il faudra le filtrer. Si vous utilisez un robinet il faut faire un petit filtre en amont pour que la sphère puisse tourner sans coincer une paille qui aurait eu l'idée de venir dans la vanne.

      Pour la litière vous avez le choix, carton, papier, feuilles d'arbres.... Et vous pouvez très bien mixer les provenances!
      Par contre vaporisez de l'eau de pluie dessus. J'insiste sur l'eau de pluie et surtout pas l'eau du réseau qui est pleine de produit chimiques pour garantir sa stabilité.

      Pour les vers oui les magasins de pèche en ont, mais le plus simple c'est quand même soit de trouver un donateur sur les réseaux ou forums, soit d'en commander une bonne quantité.
      NB bis je ne pousse pas à la consommation mais il vaut mieux partit avec trop de vers que pas assez. Même si éthiquement le choix est discutable (risque d'affamer une population sous nourrit), dans les faits il vaut mieux bien démarrer son lombricomposteur.
      Trop de personnes ratent le démarrage ce qui conduit dans une grande majorité des cas à l'abandon du système! Vraiment dommage!

      Bon courage Laurent

      Supprimer
    2. merci pour vôtres réponses, Pour le géotextile je pensais le mettre sur le haut du bac à jus.Mais au final l'idée de la paille me semble bien aussi (j'en ai vu que j'ai aussi un poulailler). Je pense en commander sur le net 500g de vers. Pour le démarrage j'ai vu plusieurs vidéos sur Youtube et je vais commencer tranquillement.Je vais suivre vos conseilles et je mélangerais papier cartons etc pour la litiére.

      Encore merci pour vos précieux conseils.

      Laurent.

      Supprimer
    3. Bonjour,
      Il y plus presque un an et demi maintenant, j'ai installé ma colonie dans du marc de café et du papier type craft, depuis elle est alimentée aux 3/4 de marc de café de 1/4 d'épluchures et ... les vers adorent !
      J'ai toujours des coquilles d'oeufs dans un moulin à poivre pour corriger l'acidité si besoin, et bien sur, de l'eau de pluie et du carton en cas de manque ou surplus d'humidité, et voilà : minimalisme, efficacité, et joie des vers de terre.

      Supprimer
    4. Merci Alice pour ce chouette commentaire

      Supprimer
  22. Bonjour,
    Merci pour ce super tutoriel très detaillé.
    Egalement soucieux de la question de la qualité / durabilité des plastiques utilisés pour la conception je me demandais où vous trouviez vos bacs gerbable norme euro aptes au contact alimentaire? Sur les sites que je vois (Raja, Aueur packaging par ex.) on arrive rapidement à 50€ les 3/4 bacs gris en 30x40 avec entre 10 et 20€ de port en supplément. Les modèles noirs en 40x30 que l'ont trouve a brico depot n'ont pas l'air d'être de norme euro / alimentaire si je ne m'abuse?

    Merci pour vos conseils!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je confirme que Bricodépot vendait des bacs aux normes alimentaires.
      Je constate cependant trois choses depuis la rédaction de cet article il y a quelques années (4 ans!).
      - le prix des bacs a fortement augmenté
      - Bricodépot qui fait parti du même groupe que Castorama était assez indépendant, mais depuis quelques mois il y a des rapprochements dans les références de produits entre les deux enseignes.
      - Il semblerait que non seulement les prix diffèrent d'un bricodépot à l'autre mais j'ai un doute sur les références aussi. Pour s'en faire une idée il suffit de choisir un produit puis de changer de magasin, le prix varie en fonction de la zone...

      Merci pour les commentaires et très bon bricolage/lombricompostage!

      Supprimer

Contact

Nom

E-mail *

Message *