BSF présentation

Larves de mouches Hermetia illucens 


Appelées aussi BSF pour Black Soldier Fly.

Cet article est en plusieurs parties
Partie 1 Présentation (vous êtes ici)
Partie 2 Installation
Partie 3 Éclosion et échec

Nous avons croisé ce spécimen dans un forum d'échange sur l'aquaponie et ce concept à pratiquement été adopté sur le champ.

Présentation

Hermetia illucens (L.) est une mouche connue sous l’appellation commune de black soldier fly (« mouche soldat noire »).
C'est un diptère de la famille des Stratiomyidae, de 15 à 20 mm, de couleur noire (tête, thorax, abdomen et pattes) avec les ailes sombres.
Elle est originaire du continent américain et s’est acclimatée sur tous les continents. Les femelles pondent sur des substrats très variés d'origine végétale ou animale en voie de décomposition. Les larves se développent en consommant ces déchets ce qui en fait un hôte des composts et explique son utilisation pour la bioconversion.
Bien qu'espèce invasive, elle n'est généralement pas considérée comme nuisible : l’adulte est inoffensif et la larve est intéressante principalement dans la gestion et la valorisation des déchets.

L'article sur wikipédia donne d'autres informations dont ce qui résume bien notre intérêt pour ces larves.

"
C'est la larve (dite « Phoenix Worms » aux USA) qui présente le plus d'intérêt.
  • Gestion, recyclage et valorisation des déchets d'origines animales ou végétales par production de larves utilisable comme engrais vert.
    • Diminution de moitié des volumes de fumiers et lisiers. Cette espèce fait partie des diptères saprophages étudiés pour éventuellement être utilisée pour convertir du fumier de volaille en biomasse vivante réutilisable, comme d'autres (Musca domestica, Hydrotaea aenescens et Coproica hirtula.
    • Transformation de déchets agroalimentaire en biodiesel
    • Transformation de tourteaux de palmiste (résidus de la fabrication d'huile de palme)
  • Complément alimentaire pour animaux domestiques
    • Élevage industriel (larve séchée source de protéines et d'Omega 3 à incorporer à l'alimentation de piscicultures dans certains élevages, in 2008 annual meeting of the regional research committee, S-1032 "Animal Manure and Waste Utilization, Treatment and Nuisance Avoidance for a Sustainable Agriculture". This report is not peer-reviewed and the author has sole responsibility for the content….) et, par exemple pour la barbue de rivière (Ictalurus punctatus), Tilapia (Oreochromis nilotichus), Panga (Pangasius hypophthalmus), Truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss), porcs ou volailles et mammifères.
    • Loisirs (larve vivante): nourriture pour animaux de compagnie (principalement les reptiles).
  • Agent assainissant de lisiers de porcs ou de fumier de volaille, grâce à la destruction des bactéries lors de leur passage dans le tube digestif de l'asticot
  • Indicateur entomologique dans les expertises médico-légales.
  • Des travaux expérimentaux sur la production de sucres et de biocarburant à partir de l'extraction des graisses de la larve ont donné des résultats positifs. "

Le rapport avec nous

Notre application est double pour l'instant et d'autres perspectives potentielles:
  • Un apport de protéines pour notre système d'autonomie alimentaire (pour les poules et les poissons) 
  • un système de décomposition de certains déchets (restes de repas des poules, restes de nos propres repas, déchets du jardin...) en sus du lombricompostage.
Autres alternatives:
  • Source d'alimentation pour nous (voir cet article très sérieux)
  • Monnaie d'échange pour avoir d'autres produits ou services dans des domaines connexes (aquariophilie....)

Étude et recherches

Se fournir en larves a été vraiment le parcours du combattant.
Actuellement les larves sont commercialisées en France uniquement pour les amateurs de (certains) reptiles. Le conditionnement est donc en rapport avec les besoins visés: boites de 50 larves jusqu'à 500 grammes de larves ce qui devrait faire autour de 500 pièces mais cela dépend de leur stade (age).
Deux problèmes se posent.
  • La quantité souche doit être suffisante pour roder le système et sans que des problèmes de consanguinité viennent hypothéquer le résultat. Nous sommes sur des cycles de vie ultra-courts (moins d'un mois) et donc le problème peut très vite se poser.
  • Le coût du transport est 3 fois le prix de 50 larves.
Face a ces difficultés nous avons essayé de trouver des professionnels qui utilisent cette larve dans les mêmes objectifs que nous ou pour des application à plus grande échelle.

C'est ainsi que nous avons été en contact avec monsieur Axel TARRISSE fondateur/associé de plusieurs structures en lien direct avec les larves.
Tout d'abord ZOEBIOTECH assiste les entreprises pour des projets de grande envergure. Actuellement Axel TARRISSE travaille sur deux implantations à l'étranger. Une en Afrique du Sud pour du traitement de déchets Avicole, l'autre en Turquie pour le traitement de déchets liés à l'exploitation agricole pour les bio-carburants. Sa filiale PROWORM commercialisait des larves de mouches pour les revendeurs animaliers mais il semblerait que cette activité ait été arrêtée pour l'instant.
Grace à ce contact nous avons pu rentrer en contact avec d'autres acteurs qui tentent de faire émerger l'utilisation de la mouche et de ses larves dans des applications diverses à grande échelle. Cela a été très enrichissant. Nous avons pu mesurer aussi tout le chemin qu'il reste à faire, car la législation en France et en Europe est totalement inadaptée pour des questions sanitaires/alimentaires.
D'autres contacts ont été noués avec entre autres des Hollandais qui sont spécialistes à grande échelle. Pour le même prix que 500 larves en France  ils livrent 20 000 larves (dans les deux cas transport inclus).

Nous avons trouvé au dernier moment une jardinerie (grande enseigne) qui pas trop loin de chez nous, a un fournisseur en larves. Les prix sont encore le double de ce que la VPC propose (6 euros les 50 larves), mais pas de frais de port si nous englobons la récupération avec un déplacement dans cette zone.

Projet

Question 1) Débuter mais avec quelle quantité de larves?

A force d'expérience nous avons remarqué qu'en démarrant une activité avec reproduction à partir d'un petite colonie, augmentait sensiblement le facteur risque à tout les délais (du court au long).
Démarrer avec 50 larves semble très peu. Nous sommes mi-septembre il commence à faire froid et donc qui ne favorise pas le développement et la reproduction.
Nous optons pour un démarrage avec 2 vagues d'achat étalées sur 2 mois. A chaque fois l'achat de 2 boites, ce qui devrait assurer plusieurs souches et éviter la consanguinité. Dans l'absolu nous aurions aimer démarrer avec des achats de 1 000 larves.

Question 2) Reproduction maitrisée pour développement

Pour des questions d'infrastructure et d'économie de mise en place nous comptons utiliser 2 aquariums fermés qui sont actuellement vides. Ils seront placés dans le fishroom (pièce dédiée aux poissons). Il y fait entre 23 et 25°C tout le temps avec une humidité de 70%.
Au fond de chaque aquarium sera déposé dans 10 boites en plastique ouvertes un mélange de terreau et de déchets (fruits et viande). Une seule boite sera ensemencée des 50 larves. Il faudra alors attendre le développement des larves en mouches, accouplement et ponte dans les autres. Une fois contaminées 9 boites iront dans un fut de 250l chargé en déchets. 1 boite est conservée pour le repro dans le même aquarium. Au bout du second cycle seconde vague d'achat et croisement avec une boite de la première colonie avec la seconde.
La lumière sera artificielle avec des rampes à led qui donnent des résultats exceptionnels en aquariophilie et consomment très peu.
Dans un second temps nous laisserons la nature faire avec des installations bi-zones (une pour les larves et l'autres pour les mouches) pour éviter des manipulations trop nombreuses.
Les tonneaux de développement pour larves seront remisés dans le garage pour garder une température correcte de développement autour de 15°C aux périodes où l'extérieur ne les maintient pas en moyenne.


La suite (bientôt) Phase I) Préparation pour premières reproductions

Documentations

Forum

Share on Google Plus

About Pierre1911

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

4 commentaires :

  1. Bonjour,
    Je travaille à Amsterdam dans le développement durable et m'intéresse à l'élevage de Hermetia illucens. Pouvez-vous me donner plus de renseignements sur des fournisseurs en Hollande ?
    Merci à vous.
    Aurélien Lefebvre
    Metabolic

    RépondreSupprimer
  2. bonjour,
    je voudrais me procurer des larves BSF, pourriez vous me donner des pistes de recherche
    merci
    Syska Stephan (Syska64@hotmail.com)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour !

    Où trouve t-on la suite de l'aventure svp ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Comme Aurélien, je serais bine heureux d'avoir l'adresse de ces hollandais ;)
    Merci !

    RépondreSupprimer

Contact

Nom

E-mail *

Message *